Définition du Business Plan

Qu’est-ce que le business plan ? Avant de rédiger un tel document, il faut être capable de répondre à cette question. D’une manière globale, le business plan comporte une partie rédactionnelle et une autre qui évoque l’aspect financier du projet. Le business plan doit également évoquer la stratégie marketing que l’entreprise va adopter.

5/5 - (1 vote)
Business Plan » Guide du Business Plan » Avant de se lancer » Définition du Business Plan

Le business plan est un dossier qui vous permet de coucher par écrit tout ce qui concerne votre projet entrepreneurial. Le business plan est indispensable dans le milieu de la création d’entreprise.

  • C’est un document pour soi, puisqu’il permet de faire le point sur sa stratégie, son équipe et ses moyens logistiques.
  • C’est aussi un document pour les autres, car il permet de communiquer sur son projet. Il sert par exemple à convaincre des partenaires ou investisseurs potentiels.

Quelles que soient les raisons qui vous ont motivé, rédiger un business plan comprend généralement deux étapes : une partie textuelle et une partie chiffrée.

La partie textuelle

Cette première partie est destinée à présenter le projet dans les détails. L’entrepreneur doit notamment évoquer 4 points essentiels. Notre exemple de business plan peut vous aider dans cette démarche.

SON PROJET

En quoi consiste son projet ? Quelle est l’idée qui la fonde ? En quoi cette idée constitue-t-elle un projet viable, une innovation ? Une entreprise, c’est aussi des hommes. Qui sont les talents qui mettront en œuvre la stratégie définie par l’entreprise ? Tous ces éléments doivent faciliter la compréhension du projet.

SON PRODUIT/SERVICE

Quelle est la proposition de valeur ? Dans cette partie du business plan, l’entrepreneur doit présenter les caractéristiques de son produit ou service. Il doit ainsi mettre en avant toutes les propriétés qui différencient son offre par rapport à celles de la concurrence. Pour un business plan restaurant, vous devez présenter la future carte de votre établissement.

SON MARCHÉ

Cette partie s’attache au contexte économique, à l’univers concurrentiel dans lequel va évoluer l’entreprise. Cette notion simple d’apparence englobe pourtant 2 éléments importants qu’il faut préciser au sein de votre plan d’affaires.

  • D’un côté, la clientèle. C’est elle qui va acheter le produit/service. Il faut donc en définir les caractéristiques (âge, sexe, habitudes de consommation, localisation, etc.) via une segmentation cohérente. Cette dernière s’établit notamment grâce à l’étude de marché.
  • De l’autre, la concurrence. La grande majorité des nouvelles entreprises font face à des concurrents déjà en place ! La prise en compte de cette concurrence permet à l’entrepreneur de définir les forces en présence. In fine, cela permet d’affiner (puis d’affirmer) son positionnement stratégique.

SA STRATÉGIE

D’aucuns considèrent cette partie comme le cœur du business plan. C’est en effet ici qu’il faut présenter son business model. L’entrepreneur définit la façon dont l’entreprise compte gagner de l’argent. C’est le « nerf de la guerre » ! Cette partie centrale doit donc tout d’abord mettre en exergue la stratégie marketing :

  • Comment l’entrepreneur compte vendre et distribuer son produit ou service ?
  • Combien? ll faut alors définir la politique de prix.
  • Avec quels moyens de communication ?

Cette partie correspond ainsi au marketing mix (ou 4P). Ensuite, il est de coutume d’aborder la stratégie RH. Cette partie réunit notamment les informations concernant les embauches prévisionnelles et les raisons qui les justifient. Puis l’on aborde la question des partenaires clés, notamment la politique appliquée en matière de fournisseurs.

Enfin, dernier élément de cette partie textuelle : le montage juridique de l’entreprise. L’entrepreneur doit y présenter le choix de son statut juridique en montrant son adéquation avec la stratégie précédemment définie. En effet, choisir entre une SARL ou une SAS doit toujours être le résultat d’une véritable stratégie d’entreprise, tant les différentes formes sociales obéissent à des règles spécifiques.

Rédiger un business plan est donc une partie textuelle et descriptive. Mais elle doit nécessairement être complétée par des éléments chiffrés. Cette seconde grande étape est abordée dans notre article sur la rédaction du business plan : la partie financière.

Avez-vous un commentaire ?

La partie chiffrée

On parle de simulation financière, de projection financière ou de prévisionnel, toutes ces expressions renvoient à la même notion : les tableaux financiers. Sans compétence comptable solide, il est impossible pour un porteur de projet de faire tout seul ces différents tableaux. C’est pourquoi nous avons conçu un outil en ligne qui permet de réaliser cette partie du business plan facilement. Il vous sera indispensable pour réussir votre levée de fonds.

Le but du prévisionnel est simple : démontrer au travers de 3 tableaux essentiels, que les ressources de l’entreprise (ressources initiales puis celles générées par l’activité) permettront de faire face aux besoins identifiés sur une période de 3 ou 5 ans. Il s’agit donc de mettre en exergue la rentabilité, et partant la pérennité de l’entreprise à moyen, long terme. Cette partie renferme 3 éléments essentiels : les besoins, les ressources et les tableaux de synthèse.

LES BESOINS

Créer une entreprise a un coût. Ou, plus exactement, cela constitue une somme de coûts qu’il faut que l’entrepreneur détaille.

  • Les investissements Créer un site internet, obtenir une licence d’exploitation, acheter un véhicule, faire l’acquisition d’un matériel technique, …sont autant d’investissements qui doivent être listés dans le prévisionnel financier.
  • Les charges de personnel Les recrutements mentionnés dans la partie « stratégie » doivent trouver ici leur traduction financière. Le montant des charges sera fonction du type de personnel embauché.
  • Le besoin en fonds de roulement Elément parfois négligé par les créateurs, la notion de BFR est pourtant aisée à comprendre et essentielle pour certaines activités. Même si la plupart des outils le calculent automatiquement, il est important d’en comprendre les ressorts.
  • Les frais de fonctionnement Il s’agira ici plus globalement de détailler et chiffrer l’ensemble des dépenses inhérentes au fonctionnement de l’entreprise : eau, électricité, internet, assurance locative, téléphonie, déplacements, communication, conseils, etc.
Pour faire face à ces dépenses (les besoins), l’entreprise devra mobiliser des moyens financiers (les ressources).

LES RESSOURCES

Les ressources sont de diverses natures, proviennent de sources différentes mais ont toutes la même finalité : couvrir les besoins de l’entreprise.

  • Les ressources externes Ce terme fait référence à tous les fonds mobilisés par des personnes extérieures à l’entreprise. Ce sont essentiellement les fonds propres, les subventions diverses (privées ou publiques), les crédits d’impôt et les emprunts consentis par les établissements de crédit.
  • Les ressources internes Les ressources internes sont essentiellement constituées par le chiffre d’affaires de l’entreprise et la CAF (capacité d’autofinancement).

Les ventes enregistrées permettront de valider le modèle économique, de légitimer la stratégie adoptée mais surtout de dégager des bénéfices qui pourront être réinvestis. Tous les éléments que nous venons d’évoquer contribuent à élaborer les 3 tableaux financiers qui constituent le prévisionnel de financement. Les tableaux de synthèse Compte de résultat, plan de financement et prévisionnel de trésorerie sont les 3 tableaux finaux résumant les différentes informations financières. Ces tableaux sont la base qui permet d’analyser la viabilité financière et la cohérence du projet.

Pour aller plus loin, découvrez nos conseils :

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Share This