L’Uberisation, le business model des startups

uberisation business model

Une startup des transports qui fait un carton. Uber s’est imposé en quelques années comme un acteur majeur du secteur des transports grâce à un business model innovant éponyme « l’Uberisation ». Malgré une concurrence élevée et certaines résistances, Uber a fini par s’installer en France et proposer une alternative réellement économique aux taxis. La startup est aujourd’hui présente dans de nombreux pays, et connait une croissance importance de sa clientèle. Pourtant, les pertes semblent s’aggraver d’année en année et sa réputation est entachée par une succession de scandales.

UBER, UNE STARTUP QUI ROULE !

L’idée de Uber est née à Paris en 2008 lorsque ses deux fondateurs tentaient de se rendre à une conférence. Hélas il n’existait pas de service de transport premium accessible facilement et rapidement, de ce fait, les deux fondateurs ont eu l’idée de créer une application permettant de commander un chauffeur privé en quelques minutes. Ensuite tout s’enchaîne. Ils débutent alors le développement d’une application iPhone en mars 2009, et commencent alors 6 mois de phases de prototypage et de tests. En janvier 2010 et grâce à une levée de fonds en août 2009, le premier test grandeur nature est réalisé dans la ville de New York avec seulement 3 chauffeurs. À la fin du mois de mars 2010, le service devient officiel et est lancé à San Francisco. Depuis ce jour là, la startup Uber se développe dans différentes villes aux Etats-Unis, puis à l’international grâce à des levées de fonds successives.

DÉBUTEZ MAINTENANT LA RÉDACTION DE VOTRE BUSINESS MODEL !

Inscrivez-vous et profitez de notre outil gratuit et facile d’utilisation

EN ROUTE VERS L’UBERISATION

  • Une entreprise « corporate »

La force de proposition est très recherchée, les fonceurs sont mis en avant et grâce à ce type de management les talents sont repérés facilement. Les employés peuvent se confronter lors de débats ou de meeting à leur manager dans le cadre d’une pensée constructive. Ces valeurs sont issues des débuts compliqués qu’a connu Uber et perdure en raison du contexte dans lequel la startup évolue face à de féroces concurrents. Cet environnement hostile à permis à Uber de se construire une mentalité forte, persévérante et de battante.

  • La startup ambitieuse et créative

L’activité principale d’Uber est le transport en voiture. Mais l’entreprise a su se diversifier et créer de nombreux autres services adaptés tels que UberCopter dans le Sud de la France, UberMoto au Vietnam, UberPool est très utilisé aux USA, UberEats qui permet aux restaurateurs de proposer un service de livraison de repas sans avoir besoin de développer leur propre flotte de véhicules.

  • Un produit qui évolue

Le point fort d’Uber ? La recherche de la perfection. En effet, chaque détail est important, et pour cela il existe des centaines de versions de l’application Uber qui circulent dans le monde entier grâce à des détails minimes variant selon les versions proposées.

  • Le travail d’équipe

L’organisation du travail de la startup est structurée en petites équipes, avec un nombre de membres variés, composées de talents différents selon l’expérience et les compétences de chacun. Chez Uber, les jours de congés sont illimités, mais les membres des équipes sont responsables si le travail n’est pas satisfaisant.

  • Une startup transparente

Chez Uber, la transparence est de rigueur : les objectifs des uns et des autres ne sont pas cachés, la rentabilité est dévoilée, les finances de l’entreprises sont accessibles à tous… Chaque membre de la plate-forme peut avoir accès à ces données.

UNE STARTUP QUI DÉRAPE ?

  • Une menace d’ordre financier

La startup, qui met en relation des chauffeurs indépendants avec des passagers dans près de 75 pays, continue de creuser ses pertes opérationnelles : elle aurait enregistré des pertes énormes en 2015 qui atteignaient les 2 millions de dollars et en 2016 s’approchant des 2,8 milliards de dollars. Depuis le lancement de la plateforme en 2009, Uber aurait accumulé plus de 8 milliards de dollars de pertes mais assure qu’elle aurait alors de quoi tenir encore entre 3 et 4 ans aux vues de son rythme actuel. Un porte-parole d’Uber a expliqué que si les pertes de la plate-forme sont importantes en valeurs absolues, leur croissance est beaucoup plus lente que celle du chiffre d’affaires. En effet, en 2016, entre le 3ème et le 4ème semestre, les revenus du groupe ont bien progressé de 74% (ce qui représente 2,9 milliards de dollars), tandis que les pertes se creusaient « seulement » de 6,1% (ce qui représente 991 millions de dollars). En 2016, la société a généré 20 milliards de dollars grâce à ses courses effectuées à travers le monde, mais n’a touché que 6,5 milliards de dollars après avoir versé à ses chauffeurs leur salaire. De ce fait, de plus en plus d’analystes économiques s’interrogent sur la viabilité du modèle économique d’Uber (qui n’est plus tout à fait une « jeune » startup) à long terme.

  • Une menace concurrentielle

La société confrontée à une concurrence féroce sur les prix mais aussi sur la qualité du service. Cette concurrence accrue proviendrait d’autres applications de VTC mais aussi des taxis.

  • Une menace d’ordre juridique

Mais la menace la plus sérieuse pourrait être celle en provenance des chauffeurs indépendants qui luttent ouvertement contre la plateforme partout dans le monde. En France, certains taxis avaient assigné Uber aux prud’hommes en leur réclamant de « requalifier leurs contrats de partenaires indépendants en contrats de travail de salariés ». Les conséquences de cette menace pourraient alors mettre en péril le modèle économique déjà fragilisé de la startup.

CET ARTICLE VOUS A PLU ?
VOTEZ !
L’UBERISATION, LE BUSINESS MODEL DES STARTUPS
4.2 (83.33%)
6 votes

CONNECTÉ
SUR LES RÉSEAUX
NEWSLETTER
INSCRIVEZ-VOUS !
Recevez une fois par mois toute l'actualité du Business Plan dans votre boite mail.
2017-05-16T10:51:03+00:00

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
wpDiscuz