Financer son projet d’entreprise

Pour créer ou développer son entreprise le créateur ou le dirigeant a à sa disposition une gamme de solutions auxquelles il pourra recourir en fonction de l’avancée de son projet, de la nature de son besoin en financement. Classiquement, l’entrepreneur aura recours à deux types de financement : financement interne (fonds propres et quasi fonds propres) ou financement externe (ressources externes à l’entreprise). Ces différentes solutions ont souvent comme objectifs de financer soit :

Le financement du bas de bilan est destiné à réduire le BFR (besoin en fonds de roulement), c’est-à-dire les consommations de trésorerie inhérentes au décalage entre encaissements et décaissements.

Financer le haut de bilan permet d’équilibrer la structure financière de l’entreprise. Cela concerne essentiellement les investissements à moyen et long termes (les capitaux longs).

Financer le haut de bilan

L’autofinancement

L’autofinancement consiste à financer les investissements par les ressources propres de l’entreprise. Ce mode de financement a l’avantage de ne dépendre d’aucune instance étrangère à l’entreprise. Les associés décident librement de l’utilisation de la CAF (capacité d’autofinancement), une fois leurs dividendes perçus.

L’augmentation de capital

Cette solution permet de faire entrer de nouveaux investisseurs (capitaux-risqueurs par exemple) au capital de l’entreprise en vue de compenser des pertes, d’assainir les compte de l’entreprise ou de booster sa croissance (déploiement national ou lancement à l’international par exemple).

La cession d’éléments d’actifs

Cette solution consiste à se séparer d’éléments d’actifs dans le cadre de renouvellement d’immobilisation ou de recentrage de l’activité par exemple. Cela permet de dégager de la trésorerie pour de nouveaux investissements.

Le crédit-bail

Ce contrat a l’avantage de « ménager » la trésorerie de l’entreprise. Elle évite en effet de mobiliser des fonds conséquents pour acquérir du matériel. Cela permet d’en obtenir immédiatement la jouissance, la société de crédit-bail étant propriétaire jusqu’à la fin du contrat.

L’emprunt bancaire

Ici, l’entreprise doit avoir un minimum d’apport avant de contracter un prêt. Les banques demanderont souvent des garanties et un business plan pour examiner la CAF et le chiffre d’affaires prévisionnel.

Le financement participatif

Le crowdfunding est une des solutions en vogue permettant de lever des fonds pour financer le haut de bilan. Plusieurs plateformes nationales ou régionales ont vu le jour et aident ainsi les entrepreneurs à financer des projets qui parfois (hélas !) n’ont pas reçu un avis favorable auprès des acteurs classiques.

Les subventions

Il est souvent déconseillé d’inclure d’emblée les subventions dans la stratégie de financement de l’entreprise. D’abord parce qu’elles sont destinées à « compléter » vos fonds propres. Ensuite, parce que leur versement intervient généralement 6 à 12 mois après la création.

La gestion du haut de bilan est un élément primordial dans votre stratégie de financement. Cela correspond aux investissements que vous comptez effectuer à moyen et long termes.
L’équilibre de votre structure financière dépendra donc des ressources durables que vous pourrez (saurez) mobiliser et mettre en face de vos emplois stables.

DÉBUTEZ LA RÉDACTION DE VOTRE BUSINESS PLAN GRATUIT

Découvrez notre outil gratuit et facile d’utilisation

JE ME LANCE !

Financer son bas de bilan

Les éléments à financer dans le bas de bilan sont :

  • les dettes auprès des établissements de crédit (dettes financières)
  • les décalages dus aux délais de paiement consentis aux fournisseurs (dettes fournisseurs)
  • les impôts, charges sociales et de personnel (dettes fiscales et sociales)
  • les découverts bancaires (trésorerie négative)

Plusieurs solutions sont à disposition des créateurs ou dirigeants d’entreprise.

  1. L’optimisation du poste clients
    Un des leviers pour financer le bas de bilan consiste à optimiser le poste clients en limitant notamment les retards de paiement. En effet, si ces derniers paient en retard cela se ressent dans votre trésorerie et peut mettre votre activité en péril à court terme.
  2. L’optimisation du poste fournisseurs
    Il s’agit ici d’obtenir de vos fournisseurs des délais de paiement plus long dans le but de jouer la montre et de soulager votre trésorerie.
  3. La gestion des stocks
    Premier élément du BFR, le stock à un coût d’acquisition mais aussi un coût de stockage. L’optimisation du stock permet de limiter les coûts cités précédemment. Cela passe nécessairement par une gestion rigoureuse de la rotation des stocks, notamment dans les domaines où le turn over et les réassorts sont intrinsèquement liés à l’activité.
  4. Le crédit d’impôt
    L’Étatmet à disposition des entrepreneurs des dispositifs fiscaux spécifiques qui permettent à court terme de soulager la trésorerie des entreprises notamment lors du démarrage. Pour exemple, le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE) « a pour objectif de redonner aux entreprises des marges de manœuvres pour investir, prospecter de nouveaux marchés, innover, favoriser la recherche et l’innovation, recruter, restaurer leur fonds de roulement ou accompagner la transition écologique et énergétique grâce à une baisse du coût du travail. ».
  5. La mobilisation de créances
    Cette solution permet à l’entreprise qui a consenti des délais de paiement de mobiliser ses créances avant la fin de la période restante. 3 procédés permettent d’y avoir recours. Il s’agit de l’escompte (la banque paie des liquidités à l’entreprise en attendant le paiement), du Dailly et de l’affacturage.
  6. Les crédits de trésorerie
    La banque a la possibilité de vous octroyer des crédits (avance d’argent) dans le but de soutenir l’activité et renforcer votre trésorerie. 3 mécanismes peuvent être mis en œuvre : le découvert bancaire, les facilités de caisse et les crédits relais.

Vous n’aurez peut-être jamais recours à l’ensemble de ces dispositifs. Leur mobilisation dépend de l’état de santé financière de l’entreprise et de sa stratégie de gestion de la trésorerie. Il faut garder à l’esprit que des solutions existent et que vos conseils (agences de développement économique, experts comptables, banquiers) pourront vous aiguiller au moment venu.

CET ARTICLE VOUS A PLU ?
VOTEZ !
COMMENT FINANCER SON PROJET D’ENTREPRISE ?
3.8 (75%)
16 votes

CONNECTÉ
SUR LES RÉSEAUX
NEWSLETTER
INSCRIVEZ-VOUS !
Recevez une fois par mois toute l'actualité du Business Plan dans votre boite mail.
2017-10-14T07:57:11+00:00
avatar